Indivision et cohésion

 

 

Le CNB ayant com­mu­ni­qué ce matin, vous avez sans doute pris connais­sance du compte ren­du du rendez-vous qui s’est tenu hier soir, mar­di 18 sep­tembre 2018, entre Madame la ministre de la jus­tice et les repré­sen­tants de notre pro­fes­sion au sujet de la loi de pro­gram­ma­tion 2018–2022 et pour la réforme de la jus­tice, dont l’un des pans concerne la pro­cé­dure de sai­sie immo­bi­lière.

La chan­cel­le­rie a renon­cé à la déju­di­cia­ri­sa­tion de la vente et devrait approu­ver les pro­po­si­tions d’amélioration et de sim­pli­fi­ca­tion pré­sen­tées par la pro­fes­sion.

Il faut s’en féli­ci­ter et remer­cier tous ceux qui ont œuvré pour par­ve­nir à empor­ter l’adhésion de nos gou­ver­nants, au pre­mier rang des­quels le CNB.

Ce tra­vail n’est pour autant pas ter­mi­né et il fau­dra aus­si convaincre les par­le­men­taires, par­mi les­quels se trouvent des par­ti­sans de la déju­di­cia­ri­sa­tion.

À cha­cun de nous de faire la démons­tra­tion de notre savoir-faire et de l’intérêt, pour le jus­ti­ciable et toutes les par­ties à la pro­cé­dure de la néces­saire pré­sence du juge, seul garant dans une matière si par­ti­cu­lière.

Ainsi, dans les semaines, les mois et les années à venir, il nous appar­tien­dra de faire preuve de cohé­sion pour démon­trer notre capa­ci­té à faire face aux enjeux du futur en res­pec­tant notre ser­ment.

Mais l’actualité ce n’est pas que la cohé­sion, mais aus­si… l’indivision, thème majeur de notre pro­chain col­loque du 19 octobre.

Je ne vous cache pas que la richesse des échanges des deux réunions pré­pa­ra­toires est pro­messe d’un col­loque qui appor­te­ra de nom­breuses réponses aux ques­tions que vous vous posez et offri­ra des outils pra­tiques et des réflexes inat­ten­dus à tous les avo­cats qui sont confron­tés à cette matière, notam­ment en contem­pla­tion des évo­lu­tions de nos modes de vie.

Les membres du bureau et du conseil d’administration qui ont pré­pa­ré ce rendez-vous et tra­vaillent déjà aux pro­chains col­loques, espèrent encore vous y voir en nombre.

Ce sera l’occasion de vous ser­rer la main et de vous embras­ser.

À vos bul­le­tins,

Votre tou­jours dévoué,

Frédéric KIEFFER
Président de l’AAPPE