Base documentaire

Nîmes, 18 octobre 2018, n°18-00092

« Il ressort des éléments du dossier que la procédure de saisie- immobilière a été engagée sur un bien commun et qu’un seul des deux débiteurs solidaires a fait l’objet d’une déclaration de recevabilité d’une demande de traitement de sa situation de surendettement. Or, ce débiteur n’est pas fondé à opposer au créancier poursuivant l’effet suspensif à son égard de la décision de la commission de surendettement sur la procédure de saisie immobilière tel que prévu par l’article L331-3-1 du code de la consommation et ainsi arrêter la vente.
En effet, la dette dont le recouvrement est recherché par le liquidateur était une dette solidaire qui engageait les biens acquis en commun par les débiteurs, coïndivisaires, de sorte que Mme D. n’ayant pas elle-même été déclarée en situation de surendettement, la procédure de saisie- immobilière ne peut être suspendue à son égard. »

Nature du document :

Matière :

Document : Nîmes, 18 octobre 2018, n°18-00092 ( fichier pdf)